Camille, mon envolée

 

 

 

DSC_0224

 

 

Dans ce texte choc qui vous arrache le ventre, Sophie Daule parle à sa fille Camille. Elle raconte dans le détail, l’inracontable. Ce que je n’ose même pas imaginer vivre. La mort de son enfant. Sa fille vient de mourir.

Depuis mon cœur crevé je vais faire ça, raconter ta mort, ta maladie, ton agonie. Du jeudi 19 au lundi 23 décembre; quatre jours, trois p’tits tours et puis s’en vont…

C’est un rapport parfaitement absurde parce que je l’adresse à une morte; je dis tu, je te dis mon chaton, alors que tu n’entends plus. Parfaitement absurde aussi parce que bien sûr je n’oublierai jamais; mais je te le dois…. Et puis je m’ennuie sans toi, sans t’écrire.

C’est très difficile de parler de ce livre. C’est la douleur puissance 10000. Et j’aimerais vraiment ne pas dire des conneries, vous comprenez. Ce récit est bouleversant, magnifique. Tout est très juste et hallucinant.

Cette histoire,on dirait un très mauvais film de série B; comment aujourd’hui peut-on mourir à 16 ans d’une très forte fièvre? C’est irréel, impensable. Statistiquement déconcertant.

Hier, je me suis couchée avec plein de questions moi aussi…Comment fait-on pour survivre? Vivre ensuite quand même et peut-être plus tard. Vivre?

Je ne suis pas la mère qui s’inquiète le plus facilement. Mais depuis cette lecture, j’ai peur de ne pas assez m’inquiéter. Comment continuer à faire confiance à ceux qui nous soignent?

François Busnel dans la grande libraireie,dit: « le tour de force de ce roman est l’absence de Pathos ». J’ai lu aussi plusieurs avis où les lecteurs soulignaient cette absence de Pathos. On dirait qu’en littérature Pathos est un gros mot. Mais la définition du Pathos (mis en avant par Platon) c’est:

l’émotion, la séduction, le toucher, l’empathie entre l’argumentateur et sa cible .

Ce roman est tout ceci, pendant et après la lecture, je suis  dans un ouragan d’émotions, touchée par cette femme,mon alter ego, par sa fille. Le chagrin du lecteur n’est qu’un faible ertzart à côté de celui de cette mère qui s’étrangle de culpabilité.

Je comprends la démarche de cette femme, qui en écrivant continue à faire vivre sa fille. Chaque lecteur emporte en lui un bout de sa Camille.

Impossible d’oublier.

 

 

 

Publicités

10 réflexions au sujet de « Camille, mon envolée »

    1. Je crois que lire ce livre fait du bien à l’auteur. Car c’est un moyen pour elle de parler de sa fille et de savoir qu’elle existe encore
      Au lecteur, je ne sais pas si ça fait du bien. Est ce qu’il y a un côté voyeur? Je ne sais pas. Mais je trouve ce roman utile

      J'aime

    1. pff! je ne sais pas où est passée ma réponse??? Ici c’est dur de garder la distance et si tu n’es pas hypocondriaque tu risques de le devenir. Mais c’est un très beau roman quand même; tout ce qu’elle dit sur les démarches à faire c’est incroyable. Et puis l’attitude des médecins qui cherchent à se protéger. Pour moi ils ont commis une faute.

      J'aime

  1. Nous avons le prénom d’une de nos filles en commun 🙂 ma grande s’appelle Camille.
    Maintenant si jamais un de mes enfants à une fièvre aussi forte je sais qu’il faudra peut être se battre contre les soignants. Ça fait peur.

    J'aime

  2. Je t’admire pour avoir eu le courage de le lire, je m’en sens incapable en ce moment et plus tard…peut-être… Moi aussi ce mot « pathos » m’énerve car mal employé, je dirais plutôt « apitoiement » à la place car il y a des sujets qui sont « pathos » en eux-même alors crier à l’absence est une hérésie (c’était ma minute de français en colère ! 😆 ) !!! Bises

    J'aime

    1. Il y a tellement de livres que tu peux joyeusement passer ton tour. C’est un roman qui fait pleurer, alors si tu peux éviter. Et puis il faut que tu restes encore dans l’ambiance de tes derniers coups de cœur.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s