Le grand cahier

DSC_0233

Vous voulez une histoire avec des personnages forts , quelque chose qui vous donne envie de tourner les pages, qui vous emporte.

Il faut lire ce roman. Attention c’est de la dynamite!   L’histoire est choquante, mais  c’est brillant, intelligent. Vous allez pousser des cris « quelle horreur!! »

C’est l’histoire de deux minots, même pas dix ans. Ils sont jumeaux, très fusionnels, ne peuvent pas vivre l’un sans l’autre. On est au cœur de  la seconde guerre mondiale, le père est au front, la mère ne peut plus s’occuper de ses fils. Elle cherche du travail, ils n’ont pas de quoi survivre, dans la grande ville où la famine sévit. La mère décide de confier les enfants à sa mère qui vit à la campagne et avec qui elle est brouillée depuis très longtemps, bien avant son mariage et la naissance des garçons.

Cette vieille est affreuse, sale, radine et très méchante. Mais tant pis il faut mettre les enfants à l’abri de toute la violence qui s’abat sur la grande ville. Les gens du village l’appelle la sorcière.

Le roman commence par les retrouvailles, d’entrée le ton est donné. Je me dis mais qu’elle affreuse bonne femme!!!!

Notre Mère dit:

— Ce sont vos petits-fils.

— Mes petits-fils? Je ne les connais même pas. Ils sont combien?

— Deux. Deux garçons. Des jumeaux.

L’autre voix demande:

— Qu’est-ce que tu as fait des autres?

Notre mère demande:

— Quels autres?

— Les chiennes mettent bas quatre ou cinq petits à la fois. On en garde un ou deux, les autres, on les noie.

Et là si vous pensez qu’ils vont se la couler douce auprès de leur mémé, en allant se promener dans les bois, en buvant du bon lait, mangeant des œufs frais, en allant ramasser les champignons; que nenni!!

La vie à la campagne avec leur grand-mère est horriblement difficile. Ces enfants étaient des élèves doués, et avaient l’amour des livres. Il n’y a plus d’école. Ils décident d’apprendre seul, par tous les moyens et d’apprendre sur tout. Pour commencer ils consignent chaque événement dans un cahier. Mais ils veulent être vrais et s’interdisent d’utiliser toute opinion subjective. Aucun sentiment ne doit paraître.

Il est interdit d’écrire: « Grand-Mère ressemble à une sorcière »; mais il est permis d’écrire: « Les gens appellent Grand-Mère la sorcière. »

Nous écrivons: « Nous mangeons beaucoup de noix. », et non pas « Nous aimons les noix », car le mot « aimer » n’est pas un mot sûr, il manque de précision et d’objectivité. « Aimer les noix » et « Aimer notre mère », ce ne peut pas vouloir dire la même chose.

Le style peut paraître enfantin, simple, mais en réalité c’est travaillé. L’absence d’émotion vous glace. On a l’impression que rien ne peut toucher ces enfants. Ils peuvent alors commettre tous les actes, même les plus terribles.

Mais ils doivent se protéger des autres. En temps de guerre tout est permis, chacun veut sauver sa peau, tirer profit. Les hommes font voir ce qu’ils ont de pire en eux, et de meilleur aussi.

Ils vont s’obliger à faire des exercices d’endurcissement pour apprendre à résister à la douleur physique et morale. Ils vont apprendre à mendier, à jeûner,ils vont s’entraîner à la cruauté…

Au fil du roman, vous allez croiser une jeune fille au bec de lièvre, en mal d’amour. Elle n’a jamais été aimée de toute sa misérable vie. Vous allez être bouleversés. Et tant d’autres personnages.

C’est un grand roman de seulement 168 pages qui trouve écho encore aujourd’hui. Et comme c’est une trilogie j’ai hâte de lire La Preuve et Le Troisième mensonge.

Si vous ne l’avez pas encore lu, c’est le moment. C’est un sacré bon roman. Je me répète mais c’est pour que ça rentre!!!

Publicités

10 réflexions au sujet de « Le grand cahier »

    1. Il y a des passages incroyables. Ce qui est choquant c’est que les acteurs sont des enfants. Nous sommes loin de l’innocence. Le malaise est peut être du à la distance tenue par les narrateurs. Mais tu as raison c’est une lecture qui ne s’oublie pas.

      Aimé par 1 personne

  1. Tape nous sur la tête tant que tu y es !
    Choc de lecture dit Sandrion. Tu crois que j’en ai besoin ? Je note… mais j’attends que tu lises la suite. J’ai connu un monsieur qui tout petit a été placé à la ferme. Il dormait avec les poules… A 60 ans, il en parlait la gorge nouée.

    J'aime

    1. Moi pas taper sauf si c’est indispensable. Et si tu ne le lis pas je sens que je vais peut être devoir agir. Mais non ! Mais c’est un roman exceptionnel et il résonne beaucoup avec ce qui se passe dans le monde.

      J'aime

  2. Un roman qui avait fait scandale dans ma région au début des années 2000. Un prof de collège avait été arrêté en pleine classe alors qu’il le faisait étudier à ses élèves de 3ème suite à une plainte de parents. Toute la presse nationale en avait parlé à l’époque.
    (et moi je n’ai toujours pas lu ce roman !)

    J'aime

    1. Oui j’ai vu ça sur internet; mais je croyais que c’était plus récent (avec toutes ces précautions maintenant!!!). Franchement je trouve que des élèves de 3ème, 2nd devraient l’étudier. C’est certain plein de trucs m’ont échappés, alors lu avec un spécialiste de la littérature c’est super. Les parents sont stupides; ils savent pas ce que font leurs gosses quand ils ont le dos tourné;
      et pourquoi pas interdire Candide de Voltaire, tant qu’ils y sont!!!
      Purée je plains ce prof, qui devait être à part pour oser présenter ce genre de texte à ses élèves.
      Je pense que tu vas le lire 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s