Le voisin

 

le-voisin-tatiana-de-rosnay

Pour le mois du Polar chez Sharon, j’ai ressorti un ancien billet de mon autre blog. Que cette lecture m’avait énervée!!!

 

mon avis: AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH!!!!!!!!!!!!

c’est le cri de mon énervement en refermant ce livre.,179240400 

Il y a Colombe dite Coco (déjà je suis agacée, quand on a un prénom aussi original on ne se fait pas appeler Coco! Coco quoi? Coco le perroquet qui répète tout ce que les autres disent ou pensent).

Elle est mariée à un imbécile qui n’est jamais là. Monsieur a beaucoup de travail, et s’absente plusieurs jours, semaines. En réalité il passe beaucoup de temps avec ses maîtresses.

Il y a les jumeaux, deux adolescents; mais ils sont juste là pour le décor. Elle travaille à mi-temps pour une maison d’édition. Elle prête sa plume à des hommes politiques, à des comédiens, à des personnes qui veulent écrire mais qui ne savent pas. Elle est « nègre littéraire ». Elle travaille « dans l’ombre » car elle n’aime pas se faire remarquer, être au premier plan.

C’est une femme timide, effacée; malgré sa grande taille, un mètre quatre-vingt, elle apparaît comme quelqu’un de très fragile.

Toute la famille déménage dans un nouveau appartement. Il est magnifique, calme, ensoleillé, le rêve.

Une nuit à trois heures du matin, alors qu’elle est seule, elle est réveillée par un bruit indéterminé et elle a du mal à se rendormir.

Les nuits suivantes le bruit est assourdissant. C’est la musique des rolling stones, Mick Jagger hurle

I CAN’T GET NO SATISFACTION

I CAN’T GET NO SATISFACTION

AND I TRY AND I TRY AND I TRY AND I TRY………

Toutes les nuits à partir de trois heures il y a Mick Jagger, seules les chansons varient.

 » Colombe sursaute, ouvre les yeux. Une guitare électrique rugit dans le silence de la nuit. 3:16.

 ça recommence? Cette fois elle n’a pas besoin d’allumer la lumière,ça vient d’en haut….Les basses font vibrer les murs avec la puissance d’une grosse Bertha. Colombe les perçoit dans les ressorts de son sommier, jusqu’à la moelle épinière. »

Et ça dure des nuits et des pages!!

Le charmant voisin c’est le Docteur Léonard Faucleroy, apprécié par tout le monde. En tant que médecin sa réputation est excellente.

A ce moment de l’histoire, cela devient totalement incohérent et peu crédible. Le type part de chez lui tous les jours à six heures du matin, parfois il enchaîne les gardes et toutes les nuits il s’amuse à faire du bruit pour gêner sa voisine, l’empêcher de dormir.

Bien évidemment notre  » petite chose toute fragile » est sur les rotules, complètement épuisée. Elle n’est plus que l’ombre d’elle même. Elle n’arrive plus à travailler, à s’occuper de ses enfants.

Mais vous l’aurez compris, le gars lui n’a pas de problème, il est « frais comme un gardon ». …

Colombe essaie de raconter ça à son mari, à sa sœur, mais personne ne la croit.

A la moitié du roman j’ai envie d’arrêter ma lecture, mais je me dis qu’il va se passer quelque chose de terrible, d’intéressant. La suite est tellement abracadabrante que je vous en fais grâce!

Pour corser l’histoire, il y a quelques épisodes qui se veulent érotiques mais c’est d’une platitude désolante. 3701882399

Je n’ai qu’un mot pour résumer Le Voisin de Tatiana de Rosnay , affligeant.

Ma seule consolation, heureusement je l’ai emprunté à la bibliothèque.

 

 

Publicités

25 réflexions au sujet de « Le voisin »

  1. Mais les ados, ils n’entendent rien? Les autres voisins non plus? Si bien sûr ce n’est pas imagination de sa part;.. Tiens, tu me donnes envie d’aller vérifier la fin à la bibli…

    J'aime

    1. Pourtant il y a eu des avis de lectures élogieux, finalement pour rire un bon coup je te conseille de le prendre (à la bibliothèque; va pas l’acheter malheureuse, même en poche tu t’en remettrais pas 🙂 ) le milieu et la fin sont croustillants!!

      J'aime

    1. J’avais lu Elle s’appelait Sarah, que j’avais bien aimé (avec des petits bémols..) et j’avais vu sur les blogs que des avis enthousiastes sur ce roman!! glaçant, super, blabla!!! Non je devais rectifier l’intrigue ne tient pas la route.
      Et l’écriture je la range dans ce que j’appelle le gnangnan!!

      J'aime

      1. même avis que toi sur « elle s’appelait Sarah » mais j’en ai lu un autre dont j’ai oublié le nom qui m’a énervé. Et l’écriture est effectivement gnangnan !

        J'aime

  2. Oh, tu es dure avec ce livre ;0) Mais je ne peux rien en dire puisque je ne l’ai pas lu. C’était ta première lecture de l’auteure ? Parce que j’ai lu (il y a un bout de temps) Elle s’appelait Sarah qui m’avait beaucoup touchée, tu ne l’as pas lu ?

    J'aime

    1. Je regrette presque un peu mon « affligeant » mais de toute façon ce n’est pas mon avis qui lui fera de l’ombre; je n’aurais jamais écris comme ça pour un premier roman. Elle a un énorme lectorat donc…
      Beaucoup d’avis positifs sur ce roman et là j’ai du mal à comprendre car l’histoire ne tient pas du tout la route!!
      J’ai lu Sarah, c’est un roman que j’ai dans l’ensemble apprécié, mais là vraiment ça n’a rien à voir. Peut- être d’autres romans d’elle sont bien. Mais ce n’est pas mon style d’écriture.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s