Dans les forêts de Sibérie

DSC_1018

 

Oh mon Dieu! c’est ballot je ne sais pas quoi dire. Ou plutôt je ne sais pas comment le dire!

J’ai à la fois aimé et détesté ce livre. J’ai sauté des passages très barbants et cependant  j’étais triste à la dernière page, de quitter la compagnie de Sylvain Tesson (pourtant qu’est ce qu’il est pénible!!)

Un jour Sylvain Tesson a dit: Stop! Je ne joue plus! J’arrête! Il a voulu changer de vie, faire une pause, rompre avec le quotidien. Il est parti six mois se réfugier dans une cabane perdue dans la taïga.

Jour après jour, il a noté ses impressions, ses routines qu’il partage avec nous dans ces 290 pages.

J’ai beaucoup aimé la première moitié du livre. C’est vivant, frais (tu m’étonnes il fait entre moins quarante et moins trente!!) on découvre en même temps que lui la vie en presque totale autarcie au fin fond de la Sibérie (bon comme il a fait de très grosses réserves de nourritures, il ne court pas après son steak de rennes dans la neige. De toute façon il n’a pas pris d’armes à feu. Il se nourrit surtout des poissons qu’il pêche dans un trou de glace).

Il essaie d’expliquer les raisons de cette retraite. Il a des réflexions très intéressantes qui nous poussent à nous questionner nous aussi sur notre propre vie. J’ai aimé ses descriptions de la nature. Il savoure « les petits riens » qui font les grands bonheurs. C’est un livre de sagesse pour apprendre à respirer, à souffler, observer la nature. La pause, c’est d’abord un état d’esprit, une manière de regarder le monde. Avec les journées qui s’étirent, lui le parisien branché a gardé la capacité d’émerveillement. Il m’a donné envie de lire les livres qu’il a emportés avec lui.

Puis au fil du temps qui passe, la lecture devient ennuyante, il devient redondant, il tourne en rond dans sa cabane et picole sec!  il  s’enivre seul ou avec ses visiteurs russes. Finalement il est loin d’être un ermite avec les visites presque hebdomadaires de ses voisins. Des gardes forestiers habitent aussi au milieu de la taïga pour lutter contre le braconnage. (Eux même sont plus ou moins braconniers…)

Parfois il est franchement agaçant avec sa vision un peu moralisante sur la croissance, la société de consommation. Il se croit investi d’une mission, sauver le monde de la crise. Mais tout le monde n’a pas la possibilité de se retirer de la société pour vivre uniquement des produits de la nature, de la pêche et de la cueillette.

Son écriture est très exigeante, et son vocabulaire recherché. Plus d’une fois j’ai dû chercher des mots dans le dictionnaire (érémitisme, les anastomoses,  sa satrapie,  l’hiver benthique...)

Lisez le, vous aurez vous aussi l’envie de faire un truc fou. Moi je suis partie 2 h dans ma cabane (l’abri au fond du jardin) planter des semis pour préparer l’arrivée du printemps. Entre ma réalité intérieure et ma réalité extérieure je vis un chaos total.

p108: « Dans le monde que j’ai quitté, la présence des autres exerce un contrôle sur les actes. Elle maintient dans la discipline. En ville sans le regard de nos voisins, nous nous comporterions moins élégamment…

L’ennui ne me fait aucune peur. Il y a morsure plus douloureuse: le chagrin de ne pas partager avec un être aimé la beauté des moments vécus. La solitude: ce que les autres perdent à n’être pas auprès de celui qui l’éprouve. »

photo-libre-plan-orsec-26/47

 

Publicités

15 réflexions au sujet de « Dans les forêts de Sibérie »

    1. Je m’attendais vraiment à autre chose, plus d’aventures. J’ai bien aimé quand il fait référence à ses lectures. J’ai un peu halluciné quand il raconte ses escapades en patins à glace sur le lac en écoutant la Callas.
      Rien à voir avec ce livre: Ermites dans la Taïga de Vassili Peskov. J’avais adoré; je le relirais bien d’ailleurs. Tu le connais (hum, j’en suis presque certaine 🙂 )
      http://www.actes-sud.fr/catalogue/babel-aventure/ermites-dans-la-taiga

      J'aime

      1. Je connais le titre! Mais jamais lu.
        De Tesson j’ai beaucoup aimé son dernier bouquin un peu allumé, de Moscou à Paris.

        J'aime

  1. Je comprends ce que tu dis. Je n’ai jamais pu faire le billet de ce livre car je vais t’avouer un truc… j’ai moi aussi sauté des passages. Et je voulais me tirer les oreilles !!! car il écrit si bien !
    Il est fascinant. Puis, il parle très bien aussi… Non, non, je ne suis pas amoureuse ! Ah ! et je n’aime pas son père !

    J'aime

    1. Oui il écrit très bien! les premières pages « j’étais en amour »; je pensais j’aimerais être lui. Puis finalement il y a beaucoup de mal de vivre et cet isolement choisi a été un peu un échec aussi. Le soir ne plus le lire ça me manquait; et pourtant qu’il est « chiant » aussi avec son radotage.

      J'aime

    1. Ah tu m’intrigues! je ne connais pas le personnage, je ne sais même pas à quoi il ressemble (je vais voir); je pense qu’il doit être un peu imbu de lui même peut-être, car sa retraite en Sibérie est loin d’être spirituelle; enfin c’est spécial; j’ai aimé et il m’a beaucoup agacé (versus personnalité!)

      J'aime

  2. J’adore ton dernier paragraphe sur le chaos entre ta réalité intérieure et extérieur ;0) Je crois que je vis ça moi aussi :0) Bon pour le bouquin du coup je me sens moins tentée, mais quand même la Sibérie, la retraite dans le froid, ça fait envie tout de même… Je verrais, si je tombe encore une fois dessus dans ma librairie il aura sa chance ;0) Qu’il picole pas mal c’était déjà dit ;0) Et le côté un peu agaçant du bonhomme aussi (je l’ai vu à la Grande librairie alors je confirme ;0) Je vais voir vers le lien que tu donnes vers Ermites dans la Tanga, ça a l’air top, bisous, bisous

    Aimé par 1 personne

    1. Oh non il faut que tu lises ce livre, il va te marquer c’est certain, et puis rien n’interdit de sauter les passages un peu plus barbants. Au fond j’ai quand même apprécié (avec des bémols..)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s