Les affligés

DSC_1083

 

J’ai flashé sur la couverture et le titre! Je voulais une histoire forte et émouvante, qui prend aux tripes et laisse KO.  Dans le résumé de la quatrième tous les ingrédients étaient réunis pour faire une formidable histoire.

Mais voila, Les affligés, c’est plein de promesses non tenues!

Australie 1919, le pays est ravagé par la grippe espagnole. Quinn Walker est de retour chez lui, dans sa petite ville. Il revient d’Europe, défiguré, les poumons brûlés par les gaz moutardes .

Il avait disparu dix ans plus tôt, accusé du viol et du meurtre de sa petite sœur. Personne ne l’a oublié, mais on ne le recherche plus car les gens pensent qu’il est mort depuis tout ce temps.

Seule sa mère, agonisante  car victime de cette grippe, croit toujours à son innocence. Quinn se terre dans la campagne, il a peur de rencontrer des gens, d’être reconnu et de finir pendu. Evidemment il est innocent, et  connaît le coupable.

Dans les collines il rencontre une petite fille, orpheline qui survit seule, toute sa famille a été décimée……

A partir de ce moment je ne crois plus en cette histoire, la gamine semble posséder des pouvoirs un peu extraordinaires, elle sait tout de lui et elle est tellement plus dégourdie.

L’auteur Chris Womersley aurait pu faire un roman remarquable, mais l’écriture est trop scolaire. C’est plat, les dialogues ne sont pas crédibles car tous les personnages s’expriment de la même façon. Ça manque de punch, de piment, d’actions, de violence….. C’est plan-plan, fade et sans originalité!!!

A la page 174,  j’abandonne la lecture, je n’en peux plus de patauger dans l’ennui.

Je suis contrariée, je n’aime pas trop abandonner un roman. Les affligés a été finaliste de tous les grands prix littéraires en Australie et Chris Womersley est considéré comme l’un des meilleurs écrivains australiens. Ça n’a pas du tout fonctionné avec moi!

 

photo-libre-plan-orsec-28/42

 

 

Publicités

21 réflexions au sujet de « Les affligés »

    1. J’aurais pu faire abstraction de l’irrationalité, le don de la petite… mais c’est le style, l’écriture qui n’ont absolument pas fonctionné avec moi. Ça m’a empêchée de rentrer dans l’histoire. J’aurais peut- être dû persévérer!

      J'aime

  1. J’en garde un excellent souvenir. Et je viens moi aussi d’abandonner une lecture en cours, ce qui ne m’arrive quasiment jamais. Comme quoi, on n’est jamais à l’abri de ce genre de déconvenue 😉

    J'aime

  2. Ha ho ! Je ne sais pas quoi dire car Aifelle me l’a offert vu qu’elle l’a beaucoup aimé, je l’avais juste commencé mais je n’avais pas la tête à ce ce genre de lectures, donc je voulais attendre d’être plus réceptive ! Je le lirai et on verra ! 😉 Mais je te comprends, ça m’arrive souvent d’en laisser au bord de la route…

    Aimé par 1 personne

    1. Peut-être comme Aifelle tu vas beaucoup aimer. Moi très rapidement j’ai été agacée. J’ai fait de gros efforts pour continuer la lecture, mais je n’arrivais pas à rentrer dans l’histoire… l’écriture y est pour beaucoup.
      Si jamais tu le lis, tu me diras, j’aimerais bien savoir ce que tu en as pensé (si tu ne fais pas de billet)

      J'aime

    1. Oh lis-le, je serais curieuse de savoir ce que tu en penses. Je crois que tout le monde a aimé, alors je me dis ça vient de moi, ce n’était pas le bon moment. Mais je l’ai trouvé mal fichu, mal écrit. L’histoire manque de force et pourtant il y avait tous les ingrédients. Franchement le peu que j’ai lu (la moitié quand même) j’ai trouvé ça « bébête »!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s