Le restaurant de l’amour retrouvé

 

chronique rapatriée de l'ancien blog, pour être en harmonie avec Syl :)
chronique rapatriée de l’ancien blog, pour être en harmonie avec Syl 🙂

Tout d’abord je dois vous dire comment ce roman est venu à moi. Les dimanches avec d’autres blogueuses amies nous cuisinons dans la bonne humeur et partageons nos recettes. Sandrion a voulu nous faire découvrir ce roman qu’elle a beaucoup apprécié. C’est devenu un livre voyageur. Demain il prendra de nouveau la route pour aller chez Syl.

Dans ce roman le Japon te tombe dessus. Mais ce n’est pas le Japon moderne, urbain, de la haute technologie. Ici le temps s’est arrêté dans un petit village entouré de montagnes. Le mot pour parler de ce petit roman est harmonie.

Rinco trahie par son fiancé a tout perdu. Elle revient dans son village qu’elle avait quitté depuis plus de dix ans. Les relations avec sa mère ont toujours été très difficiles et cette dernière l’accueille froidement. Pour vivre elle décide d’ouvrir un petit restaurant, l’Escargot. Sa passion est la cuisine et elle a acquis beaucoup d’expériences en travaillant dans plusieurs restaurants en ville. Mais c’est surtout l’amour de sa grand-mère qui la porte. Cette dernière lui a transmis tout son savoir pour faire des repas réconfortants, et aussi le respect des aliments.

La philosophie de Rinco est se taire (elle a perdu la voix depuis la trahison du fiancé) ouvrir l’œil et le cœur. Pour bien cuisiner il faut respecter la vie et aimer. Aimer tous les produits vivants que fournissent les paysans  et la nature. Mais surtout il faut aimer les gens. Son credo: se laisser envahir, se laisser traverser. La cuisine est une manière de méditation. Elle fait le vide pour accueillir le monde.

Contrairement à ce que vous pourriez penser, on ne s’ennuie pas du tout dans ce roman, car le tempo est à la fois l’adagio quand elle cuisine. Elle prend son temps, respire, effleure, soupèse, admire; et le prestissimo des tourbillons de sa vie, des personnes qui viennent dans son restaurant.

J’ai plongé dans cette histoire et il y a toujours des choses surprenantes qui arrivent. C’est délicieux et la fin surprenante (j’ai même été un « chouya » choquée, mais ça doit être mon regard d’occidentale) ajoute un zeste de piment à cette lecture.

 

« La vie, c’est beaucoup plus de chagrins que de joies, et c’était particulièrement vrai dans mon cas, mais j’avais quand même vécu en m’appliquant à saisir au vol de petits bonheurs. »

Publicités

Quarante jours d’automne

Bonjour les gens

Aujourd’hui pour ma recette du dimanche je me suis inspirée d’un petit roman 40 jours d’automne  de Philippe Milbergue aux éditions lemuscadier. C’est un roman sur l’immigration, le déracinement, l’intégration dans un pays qui n’est pas le sien. (des sujets très actuels). Grâce à la cuisine, Stelian, un roumain, papa d’une adorable petite Lulia va sortir de son isolement, apprendre le français et faire de belles rencontres.

Un très beau roman jeunesse à lire, ça parle de cuisine, d'amitié, de l'accorderie....de plein de trucs.
Un très beau roman jeunesse à lire, ça parle de cuisine, d’amitié, de l’accorderie….de plein de trucs.

Dans le roman il y a plein de recettes, car la maîtresse de Lulia organise un atelier de cuisine avec les enfants et les parents.  Dans cette école, comme dans beaucoup d’écoles les enfants sont de toutes origines. C’est un beau mélange.

La recette que j’ai choisie est un gâteau d’origine roumaine et s’appelle en vrai, un patruzeci zile de toamna . Mais on peut le traduire par  quarante jours d’automne. Il vient d’une très vieille légende de la Roumanie.

Je vous raconte en gros (sinon je vais vous perdre, si ce n’est pas déjà fait!!! Et le dimanche vous êtes toujours pressés)

Il y avait « une princesse jolie comme un cœur et méchante comme un pou. Elle était tellement méchante que son père en était mort de chagrin. Sa mère vivait recluse dans un monastère. Elle priait pour le salut de sa fille si méchante. Mais la princesse s’en fichait elle n’aimait qu’elle. »

Tout le monde dans le royaume est terrorisé par cette princesse. Parfois elle découpe les gens en morceaux et les donne à manger à ses chiens!!! Un jour la mort entend prier la mère et gémir le peuple. Elle entre dans une colère terrible car personne n’a le droit d’être plus méchant qu’elle. Elle se rend au château et pose un ultimatum à la princesse après lui avoir passé une sacrée casse!!!! (je ne recopie pas le texte, mais il est sublime!!!!). La princesse n’en mène pas large car elle a très peur de mourir. Elle va tout faire pour contenter la mort.

Voici ce que lui ordonne la mort:

« Tous les jours, je vais venir te voir. Je serai toujours déguisée et tu ne pourras jamais me reconnaître. Et tous les jours tu vas m’offrir un dessert. Attention, pas n’importe quel dessert. Un dessert que tu auras composé à partir du dessert de la veille. Tous les jours, je veux manger un nouveau dessert et le dessert de la veille en un seul dessert. A toi de l’inventer. Si le dessert est à mon goût, je te dirai « merci princesse; Je reviendrai demain. » « Si par contre, le dessert me déplaît, je t’emmènerai immédiatement et ton nom sera effacé de toutes les mémoires. »

Vous êtes toujours avec moi??????

 

Alors vous avez trouvé le dessert????? J’ai bien envie de vous laisser réfléchir et de revenir seulement la semaine prochaine, mais j’entends vos cris d’impatience AHAAAAAAAHHHH  NOOOOON  PITIEEEEEEEE 964798208    Je suis moins méchante que la princesse.

 

Le dessert est un gâteau de crêpes.

Wahoouuuuu,679976 je vois votre déception, tout ça pour ça. Mais moi honnêtement c’est la première fois que j’en faisais un…. et c’est aussi la dernière fois!!!!! C’est bon mais je ne vois pas l’intérêt de ce dessert.

Pour commencer vous faites une pâte à crêpes.

DSC_0291

 

(pour une douzaine de crêpes)

250 g de farine de froment (une farine blanche de votre choix)

75 g de sucre (j’ai mis du roux)

un peu de rhum (facultatif)

1/2 litre de lait

3 gros œufs

DSC_0293

Aidez-vous d'une petite assiette pour couper tout ce qui dépasse. Il faut que les bords du gâteau soient réguliers.
Aidez-vous d’une petite assiette pour couper tout ce qui dépasse. Il faut que les bords du gâteau soient réguliers.

Ensuite vous recouvrez chaque crêpe de l’ingrédient de votre choix. J’ai vu sur internet qu’on pouvait faire ce gâteau tout chocolat, avec des fruits, avec des confitures, alterner…bref c’est le gros bazar, aucune règle! vous faîtes comme vous voulez.

Pour rester dans l’esprit du livre, j’ai apporté à mes 10 couches de crêpes une saveur différente à chaque fois. J’ai fait avec ce que j’avais dans le placard et le frigo (heureusement que je n’avais pas de sardines 🙂  )

J’ai mis du nutella, des pommes cuites caramélisées, des poires crues, de la confiture de myrtille, du lemon curd, de la chantilly…

poire bien mûre
poire bien mûre

 

Ok ce n'est pas trop régulier et la chantilly coule!!
Ok ce n’est pas trop régulier et la chantilly coule!!

 

Lorsque vous avez terminé, il faut mettre le gâteau de crêpes au frais recouvert de film alimentaire.

Résultat: 
C'est compact!!!
C’est compact!!!

 

J'ai entendu: "qu'est-ce que tu cuisines bien maman :) "
J’ai entendu: « qu’est-ce que tu cuisines bien maman 🙂 « 

 

Verdict: C’est long à faire mais pas compliqué. C’est bon, mais je préfère manger les crêpes les unes après les autres. Ici on perd toute la légèreté des crêpes et avec tous les ingrédients ajoutés il y a une explosion de saveurs.

J’ai un peu l’impression d’avoir avalé « une enclume »!!!

Merci pour les courageux qui sont restés jusqu’au bout ♥    Bon dimanche

Allons voir ce que les copinautes ont préparé de bon:

Chez Syl    chez Nahe     chez Sandrion