Les petits ruisseaux

sex, drug, and rock’n roll

Ah j'ai vraiment aimé!!!
Ah j’ai vraiment aimé!!! et ce titre raconte déjà une histoire..

J’ai adoré cette BD de Rabaté. C’est une lecture qui met en joie, fait réfléchir et donne la pêche.

Le scénario est très bien ficelé, les personnages attachants et pittoresques et l’histoire captivante avec un happy end. Le tout dans le style Rabaté: un mélange d’humour, de gourmandise, de tendresse, d’acidité avec une pointe de férocité. bref c’est fort, c’est puissant

Bon alors l’histoire?

Emile un petit vieux monsieur gris, avec une petite casquette, un petit veston est veuf depuis plusieurs années. Sa Jeanne lui manque beaucoup. Le soir au lit il lui parle. La journée il va à la pêche avec son copain Edmond, il regarde à la télévision les chiffres et les lettres puis il va faire un petit tour au bistrot du coin. Là-bas tout le monde l’appelle Le Vieux, affectueusement. Rabaté nous dépeint une réalité souvent déprimante.  Il nous tend le miroir et ce qu’on voit n’est pas joli. Nous sommes un peu coincés avec des certitudes, des clichés et des tabous.

Emile qui a perdu le goût de vivre
Emile qui a perdu le goût de vivre

Edmond est divorcé et beaucoup plus truculent.Lui aussi il aime la pêche, les discussions au troquet, mais il a des secrets, des envies, des désirs. Sa vie amoureuse est bien remplie. Personne n’est au courant, il rencontre des femmes grâce aux petites annonces. Il a une autre passion, il peint et pas n’importe quoi: des nus. Edmond ne se laisse pas bouffer par le temps qui passe, il s’en fiche des convenances, il vit. Un jour il va mettre dans la confidence son vieux copain Emile. C’est un choc pour lui!!!

Edmond, tout est joyeux chez lui.
Edmond, tout est joyeux chez lui.

Puis la vie étant parfois brutale Edmond meurt. Emile est complètement déprimé mais heureusement il va faire une rencontre inattendue (tsstss, je ne vous dis pas; c’est beau et surprenant) 

Emile va beaucoup réfléchir, revoir ses priorités, ranger ses œillères, ouvrir son cœur.

C’est émouvant, drôle, caustique. J’ai passé un super moment.

bd_de_la_semaine_big_red

Le mercredi c’est BD, les liens sont chez Noukette

Publicités

Amegraphique 1

106496791

Pour la première fois je participe au challenge d’Amegraphique du blog Le petit carré jaune. Le thème est Regard(s).

Chaque année j’attends avec impatience l’automne.

Oh non! pas pour ses différentes rentrées, scolaires, universitaires, médiatiques ou littéraires.

Ni pour mon anniversaire et les nombreux cadeaux que je vais recevoir .248604097

Mais parce qu’ils sont de retour!!!

Au petit matin, je chausse mes bottes, prends mon bâton et siffle le chien avec l’espoir de ne pas rentrer bredouille.

Il faut avoir le regard exercé et concentré pour les apercevoir sous les feuilles mortes.

DSC_0021

DSC_0022

Quoi de plus américain qu’une pie?

Oh Fidèles Lectrices et Lecteurs  j’ai le cœur qui fait BOUMBOUM. Dimanche dernier vous m’avez accueillie comme une reine; j’ai vu les groupes de fans , les banderoles et colliers de saucissons… entendu les cris hystériques…..je plane…♥

-ho ho ça va les chevilles atterris ma jolie!!! (tu as 5 lecteurs à tout casser, 18 les bons jours!!)    (Rhooo, si on peut même plus partager sa joie! communiquer son enthousiasme!!!)

Bon alors ce week-end nous poursuivons notre voyage en Amérique, à la découverte de bons petits plats. J’ai décidé de préparer une pie. Une plum pie (tarte aux prunes).

On dirait des cerises!
On dirait des cerises!

-« Hein qu’est-ce que c’est que ça, des prunes!!, mais moi je veux m’empiffrer de raclette, ras-le bol des abricots, des pêches jaunes, des pêches blanches, des melons et j’aime pas les prunes. Je veux bouffer du fromage, du fromage et du fromage!!!) râle fiston.

Je reconnais bien mon fils avec sa moitié de gènes auvergnats. « FILE DANS TA CHAMBRE »

Ah! ces gosses….

Bon revenons à notre tarte. Pour préparer une pie, il faut faire « la flaky crust ». C’est une pâte proche de la pâte feuilletée.

Ingrédients flaky crust:

  • 125 g de farine
  • 1 pincée de levure chimique
  • 1/2 c à c de sel
  • 25 g de sucre glace
  • 165 g de beurre doux et froid
  • 115 ml d’eau très froide
  • 1 c à c de jus de citron ou cidre 

Ingrédients garniture:

  • des prunes dénoyautées (ou autres fruits)
  • 45 g de maïzena 
  • 150 g de sucre

Préparation de la flaky crust:

  1. Dans un saladier, mélanger la farine, la levure, le sel et le sucre glace.
  2. Enduire le beurre de ce mélange et le détailler en petits petits cubes sur une planche à découper. Bien enduire chaque morceau au fur et à mesure pour éviter qu’ils ne collent les uns aux autres.

    Normalement ils doivent être comme des grains de poivre. Normalement!!
    Normalement ils doivent être comme des grains de poivre. Normalement!!
  3. Mettre les cubes de beurre dans le saladier avec le reste de farine/sucre.DSC_0001
  4. Placer la préparation au frigo (j’ai mis au congélateur, plus efficace et plus rapide) jusqu’à ce que les cubes de beurre soient très durs.
  5. Dans un bol mélanger l’eau froide avec le jus de citron (ou cidre) et verser sur la préparation.
  6. Mélanger pour obtenir une consistance homogène ponctuée de pépites de beurre.
  7. Diviser la pâte en deux boules et les placer au frais.

de la garniture:

  1. Dénoyauter les prunes et les couper en deux
  2. verser sur les fruits le mélange maïzena et sucre
  3. Réserver et égoutter les fruits avant de les placer sur la pâte.

Assemblage:

Préchauffer le four à 250°. Beurrer et fariner le moule. Fariner généreusement le plan de travail et étaler les deux boules. Chemiser le moule et préparer des croisillons à disposer sur les fruits.

Pour plus de faciliter, plier la pâte en deux ou quatre.
Pour plus de faciliter, plier la pâte en deux ou quatre.

Sur la pâte, avant de mettre les fruits j’ai disposé une couche d’amandes effilées.DSC_0004

Les prune sont enrobées de leur jus et du mélange maïzena/sucre
Les prunes sont enrobées de leur jus et du mélange maïzena/sucre

DSC_0006

Des photos valent mieux qu'un long discours.
Des photos valent mieux qu’un long discours.
C'est classe et ça fait typiquement américain. Petite maison dans la prairie.
C’est classe et ça fait typiquement américain. Petite maison dans la prairie.

Enfourner 45′ à 250°. Surveiller la cuisson, jusqu’à ce que le dessus soit doré et la garniture bouillonne.

Mon aide de cuisine :)
Mon aide de cuisine 🙂
La crème fouettée amène de l'onctuosité à la légère acidité des prunes
La crème fouettée amène de l’onctuosité à la légère acidité des prunes

J’ai trouvé cette recette dans ce livre. Il est très bien fait, tout est clair avec photos et petits dessins (qui aident vraiment à la compréhension).DSC_0014

Si on filait chez les amies voir ce qu’elles ont préparé de bon.

Chez Syl,    Sandrion

Bon dimanche. Je vous embrasse, sur les joues.

11990469_667270976743641_3564419232128471807_n

Si c’est un homme

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

En pleine panne de lecture, j’ai reçu cet été un cadeau inattendu: « des sacs et des sacs remplis de livres de poche ». La personne voulait se débarrasser de ses livres trop encombrants.

CHIC! Noël en juillet!!

J’ai repéré beaucoup  de titres qui m’intéressent: Les cerfs-volants de Kaboul, Mille soleils splendides, Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage, Belle du seigneur, La joueuse de go…. et des thrillers à en tourner la tête…. Et il y avait aussi

Si c’est un homme de Primo Levi.

J’ai beaucoup lu sur la Shoah, j’ai vu Nuit et Brouillard. Et à chaque fois c’est la même souffrance. Je ne comprends pas cette indicible chose. Comment, pourquoi des humains, par milliers ont participé à  l’extermination de millions d’autres humains?

Cette lecture, comme les autres me brise le cœur. Dans ce récit Primo Levi raconte Auschwitz, où il a été déporté en février 1944. Il a survécu à l’horreur, à la faim, au froid, aux épidémies, aux coups, aux sélections pour la chambre à gaz,aux marches de la mort… Il voulait vivre pour raconter cette barbarie.

Et à la page 310 Primo Lévi répond à cette lancinante question, POURQUOI?

Peut-être que ce qui s’est passé ne peut pas être compris, et même ne doit pas être compris, dans la mesure où comprendre c’est presque justifier. En effet, « comprendre » la décision ou la conduite de quelqu’un, cela veut dire (et c’est aussi le sens étymologique du mot) les mettre en soi, mettre en soi celui qui en est responsable, se mettre à sa place, s’identifier à lui. Eh bien, aucun homme normal ne pourra jamais s’identifier à Hitler, à Himmler, à Goebbels, à Eichmann, à tant d’autres encore. Cela nous déroute et nous réconforte en même temps, parce qu’il est peut-être souhaitable que ce qu’ils ont dit- et aussi ce qu’ils ont fait- ne nous soit plus compréhensible. Ce sont là des paroles et des actions inhumaines…

Mais dans la haine nazie, il n’y a rien de rationnel: c’est une haine qui n’est pas en nous, qui est étrangère à l’homme, c’est un fruit vénéneux issu de la funeste souche du fascisme…

Si vous n’avez pas lu Si c’est un homme, vous devez le lire. Tant pis,vous n’allez pas bien le vivre, il va vous hanter, les mots vont vous cogner. Mais c’est un indispensable.

Ils sont toujours là les haineux ; c’est dans l’air du temps. Ils parlent de conspiration, nient, disent des contrevérités. Ils tissent leur toile. Je ne voudrais pas  devenir une persécutée, vivre dans la terreur; ou tout aussi épouvantable devenir une barbare par ignorance et manipulation.

Il faut le lire pour ne pas oublier.

Un crumble pour fêter le retour

Oui je sais….

Pas d’articles depuis…un certain temps.

Je  sais….

Vous vous êtes inquiétés, vous avez pleuré, rouspété, exigé …

Ça n’a rien changé ….

MOI, je suis crevée….à plat…lessivée……kapoute……morte…. MAIS

Je suis de retour! Avec un nouveau blog.

Alors t’étais où, tout ce temps, me demanderez-vous?

Désolée  de ce silence mais….. j’étais très occupée.

A déménager, in my real life;

l'ancienne cuisine, où j'ai passé de bons moments à mitonner, à rouspéter aussi, car cette cuisine n
l’ancienne cuisine, où j’ai passé de bons moments à éplucher, émincer, mijoter toutes les bonnes recettes que vous trouverez ICI, et à rouspéter aussi ( car cette cuisine n’était pas du tout fonctionnelle)

à compter les poules

elles sont mignonnes
elles sont mignonnes, il y a deux anglaises dans le lot. Les trouverez vous?Allez je vous aide. Elles sont courtes sur pattes.

faire des confitures

DSC_2207

mettre de l’ordre dans le jardin

On dirait la jungle
On dirait la jungle

m’occuper des enfants, me disputer avec le vieux mari, faire de longues promenades au bord du lac…. 

????????????????????????????????????

Ça n’a pas été facile tous les jours.

Vous pouvez même pas savoir comme je suis heureuse de retrouver la brigade des gourmandes. Je suis toute émotionnée. Vous aussi vous volez de bonheur, n’est-ce pas?

Bon c’est pas tout, mais et la recette!!!!

Syl a proposé de faire deux recettes de Madame Chouquette 🙂 (avec un nom pareil c’est forcément bon) qui rentrent dans le cadre du mois américain (chez Titine). Mais comme je n’ai pas tout ce qu’il faut sous la main, je vous montre un crumble fait cet été.( l’origine du crumble est anglaise, mais les Américains leur ont piqué, alors ça compte hein????)

Ce n’est pas moi qui l’ai fait, mais je l’ai mangé et il était mortel!!!

CRUMBLE POIRES RAISINS

  • 150g de sucre (75 sucre semoule; 75 cassonade)
Qu'il est doux de ne rien faire, juste regarder
Qu’il est doux de ne rien faire, juste regarder
  • 150g de beurre
  • 150g de farine
  • 150g de poudre d’amande

Malaxer grossièrement

Dans un plat mettre des tranches de poires bien mûres, recouvrir de grains de raisin et de la préparation.

DSC_2160

????????????????????????????????????

Faire cuire (je ne sais plus combien de temps, à surveiller, c’est rapide)

A déguster, tiède ou froid. J’ai oublié de prendre la photo, mais nous étions trop nombreux et c’était si bon.

Alors en bref

  • tout va bien….      (si vous me cherchez, je suis en train de pleurer dans le jardin)
  • Je suis bien installée, j’ai une nouvelle cuisine et surtout un nouveau four. Ça promet de belles recettes. Je sens que je vais faire les meilleurs gâteaux du monde, les meilleures tartes du monde et peut-être aussi les meilleurs crumbles du monde.

A bientôt, (je sais pas trop quand…un jour…ou peut-être une nuit…). Merci pour vos petits mots, vos lettres, vos cartes (promis, je vais vous répondre, mais tous les cartons ne sont pas encore défaits)

11990469_667270976743641_3564419232128471807_n

Louise, ancienne ermite

Allons voir chez les copinautes:

Des souris et des hommes

????????????????????????????????????

Quel bonheur cette lecture, et pourtant on a envie de chialer, c’est  fort et brutal, comme la vie. Mais ne vous inquiétez pas ce n’est pas plombant, grâce à l’écriture de Steinbeck.  . C’est un mélange de rudesse, de grossièreté et d’amour.

Dans ce bouquin la vie ne fait pas de cadeau aux personnages. C’est la vraie vie quoi. De ceux qui n’ont pas de chance, de thune…

Il y a des souris douces et des hommes frustres,tous  de pauvres bougres, sans famille, sans amour et sans espoir.

Et puis il y a Lennie, un corps de géant avec une tête de linotte. Il réfléchit et agit comme un enfant de quatre ans. Il a la passion des lapins et aime tellement les souris qu’il les serre toujours trop fort. Parfois à la place des souris il y a une fille qui cherchait juste un peu d’amour.

Cette histoire est avant tout un hymne à l’amitié. Il y a aussi Georges, c’est à la fois l’ami, la mère, le frère, le père, l’ ange gardien de Lennie. L’un ne va pas sans l’autre. Ils sont heureux ensemble, riches de leur amitié réciproque. J’ai beau réfléchir, je ne sais toujours pas si c’est mieux d’avoir un Lennie ou un Georges près de soi En tout cas ils ont eu de la chance de se renontrer.

C’est un récit bref,(190 pages) avec des paroles crues et pourtant quelle classe!

Vous ne l’avez pas encore lu? Moi c’est la troisième fois je crois et à chaque fois  j’ai toujours autant de plaisir! Mes filles l’ont lu cet été et elles ont adoré! Pour Belle se la joue, c’est le number one de tous les livres lus (elle pense même l’offrir à ses amis).

Voilà vous êtes avertis. Il est génial.

-Les types comme nous , qui travaillent dans les ranches,y a pas plus seuls au monde. Ils ont pas de famille. Ils ont pas de chez-soi. Ils vont dans un ranch, ils y font un peu d’argent, et puis ils vont en ville et ils le dépensent tout… et pas plutôt fini, les v’là à s’échiner dans un autre ranch. Ils ont pas de futur devant eux.

Lennie était ravi.

-C’est ça…C’est ça. Maintenant, raconte comment c’est pour nous.

Georges continua:

-Pour nous, c’est pas comme ça. Nous on a un futur. On a quelqu’un à qui parler, qui s’intéresse à nous.On a pas besoin de s’asseoir dans un bar pour dépenser son pèze, parce qu’on n’a pas d’autre endroit où aller. Si les autres types vont en prison, ils peuvent bien y crever, tout le monde s’en fout. Mais pas nous.

Lennie intervint.

– Mais pas nous! Et pourquoi? Parce que… parce que moi, j’ai toi pour t’occuper de moi, et toi, t’as moi pour m’occuper de toi, et c’est pour ça.