Zombie

Hier soir, nous avons fait un apéro « Halloween ».

Les enfants avaient invité des ami(e)s

L’embêtant avec les jeunes, c’est que ça mange… et pas que du Nutella (quoique…) Par conséquent il faut prévoir de quoi nourrir votre groupe

Et pas qu’un peu !

Ce que je n’ai pas oublié c’est que :

mes tomates cerises farcies, mes bouchées au fromage de chèvre, mes petites tortillas ont été englouties à une vitesse qui force l’admiration (et la colère) …. (un peu plus c’était trop tard pour la photo, surtout dans l’assiette des garçons. )

15

14

Comme cocktail j’avais préparé des zombies.

Préparation pour 1 cocktail:

glaçons♦ 3/10 de rhum brun♦ 2/10 de liqueur de coco♦ 1/10 de liqueur de café♦ 4/10 de jus de goyave♦ 1 trait de crème liquide

⊗Remplissez un shaker à moitié de glaçons.

⊗Versez le rhum, les liqueurs et le jus de goyave dans le shaker.

⊗Ajoutez la crème fraîche.

⊗Servez aussitôt.

Je peux vous dire qu’ils ont la descente rapide!!!  Aussitôt servi, aussitôt bu.

Puis ils ont ramassé leurs affaires, emporté avec eux leur joie de vivre, lancé un cimer et BANG!!!! la porte qui claque.

DSC_0216

DSC_0219

Bises et bon dimanche

Allons voir ce que les copinautes ont préparé de bon ce weekend.

Hilde   Nahe  et encore Nahe Sandrion   Syl

11220106_679700392167366_7559440282923761884_n

Publicités

La cité des Jarres

Livre prêté par Asphodèle
Livre prêté par Asphodèle

Tout commence par un meurtre. On retrouve un homme mort chez lui. Il n’y a pas de doute, il a été assassiné. Un papier est posé sur lui et porte cette inscription « Je suis lui ».

Pour l’inspecteur de police Erlendur c’est:encore un de ces meurtres typiquement islandais, un « truc bête et méchant » qui fait perdre son temps à la police.

Approchez votre oreille que j’y glisse une petite confidence: ce livre La cité des Jarres est un livre voyageur. Il est arrivé dans ma boîte aux lettres depuis plusieurs mois déjà. Et je n’osais pas le lire car j’avais la trouille. La trouille de ne pas aimer cet Erlendur. Cet homme a des groupies qui « parlent » de lui avec des trémolos dans la voix.

Avant je me disais, mais qui est donc cet Erlendur?? Mais ça c’était avant.

Erlendur, tout d’abord c’est un personnage de roman créé par Arnaldur Indridason. C’est une sorte de loser, la cinquantaine, divorcé, deux enfants adultes. Ses enfants sont du genre « bon à rien ». Sa fille est une droguée, moitié prostituée, moitié zonarde. Elle vient régulièrement lui demander de l’argent pour s’acheter de la dope. Il entretient une relation forte avec elle, et elle lui pourrit la vie. Il est sans nouvelle depuis longtemps de son fils.

Cet inspecteur se moque de l’autorité et n’en fait qu’à sa tête. Il a un caractère vraiment à part et en plus il ne pète pas la forme. Il fume comme un pompier, mange des trucs huileux, dort tout habillé. Vous voyez le genre.

C’est aussi un taiseux qui met les pieds dans le plat, pour connaître la vérité ou dire ce qu’il pense.

Aidé de deux collègues, qui très souvent n’approuvent pas sa façon d’agir, il va décortiquer cette affaire. Le mort a beaucoup de choses à se reprocher. Ne pleurons donc pas sur le sort de cette ordure. Dans cette histoire riche en rebondissements, il y a des femmes victimes de viol, des petites files qui meurent d’une maladie rare. En génétique une seule fausse note, par exemple un gène défectueux suffit à ruiner une vie.

Il ne se passe pas des choses incroyables, délirantes comme dans certains romans policiers, mais c’est comme dans la vraie vie cent pour cent imprévisible!!!

Indridason a su capter mon attention.

Je crois bien qu’entre Erlendur et moi il y a comme une histoire d’amour qui s’installe (lentement mais surement). Les filles (Aspho, Sandrion, Syl: ça y est je suis des vôtres)

Le billet d’Asphodèle    Le billet de Syl

Merci Isabelle pour cette belle découverte addictive. D'ici quelques jours il va prendre le chemin du retour.
Merci Isabelle pour cette belle découverte addictive. D’ici quelques jours il va prendre le chemin du retour.

Amegraphique 2

106496791

Aujourd’hui Sabine du blog Du petit carré jaune nous propose comme thème Automne. Comme la dernière fois je continue ma promenade en forêt. La nature est une oeuvre d’art sans cesse renouvelée. Comment ne pas être fasciné par la beauté des formes naturelles?


« Autant de sons nés du même instrument,
autant de champignons nés d’une même humidité. »
Zhuangzi (Tchouang-Tseu)

« Nos étions douze à table. Du jour au lendemain, un plat de champignons me laissa seul au monde. (Mémoire d’un tricheur, Sacha Guitry) »

 

20151024_144401

20151024_160646

Vous pouvez cliquer sur les photos, pour voir plus en détail la perfection de ces champignons.

Persécution

DSC_0120

Mais qui veut la peau de Léo Pontecorvo? Accusé à tord d’agression sexuelle sur une « morveuse » de même pas treize ans (plus menteuse, tu meurs), sa vie s’écroule comme un château de cartes. Très vite « les chiens sont lâchés »

J’ai tellement, tellement aimé lire ce roman de Alessandro Pipperno que je ne sais pas par où commencer. C’est l’histoire d’un homme, Léo Pontecorvo qui a particulièrement bien réussi sa vie. Il est à la fois pédiatre oncologue,  brillant professeur de médecine, mari comblé et père attentionné.

Il est reconnu par ses pairs, respecté par les étudiants, apprécié par ses petits patients et entouré d’amour et de fierté par sa famille. Résumé ainsi vous vous dites on est en plein dans la romance gnangan.

Pas du tout!!! vous vous prenez une claque monumentale. c’est le genre d’histoire qu’on n’oublie pas, qui déchaîne les passions car au fond c’est quelqu’un comme vous, comme moi. Il menait une vie normale et il se retrouve du jour au lendemain emporté dans un cauchemar.

Un jour pour faire plaisir à son plus jeune fils, il accepte de prendre en vacances la petite copine de ce dernier. Cette jeune fille de douze ans va être le grain de sable qui va détruire, lentement, inexorablement sa vie. C’est machiavélique.

L’auteur avec une précision chirurgicale va tirer les fils de cette histoire diabolique. Tout commence par une lettre. Une lettre de rien du tout. Mais je ne vais pas  vous raconter… Quand vous lisez cette histoire vous comprenez que VOTRE vie peu basculer du jour au lendemain. Ça ne tient qu’à un cheveu!!

Vous connaissez l’effet boule de neige? A partir de ce moment Pontecorvo va accumuler les erreurs par négligence,  lâcheté, naïveté. Que va devenir sa famille? Que vont faire les amis?

C’est une critique féroce de la société qui est prête à « détruire  » ce qu’elle avait encensé plus tôt.

C’est l’histoire d’un type qui n’a vraiment pas de chance. Cette histoire m’a renversé le cœur car j’ai l’impression que les gens se détestent, se jalousent et n’attendent qu’une chose: voir tomber l’autre pour mieux le piétiner. Et cet andouille de Pontecorvo est comme un petit garçon incapable de se défendre.

Il y a des pages terribles sur la prison, des pages bouleversantes sur la pratique de la médecine, sur l’amitié, le couple, la parentalité. C’est un roman dense extraordinairement bien écrit.

Je suis devenue accro au bouquin dès les premières pages, comme les gens j’attendais avec fascination et horreur la chute de cet homme.

J’aime son écriture, les portraits de ses personnages.

Une femme grande, aux cheveux frisés, anguleuse, toujours au bord de la crise de nerfs, dont la maigreur cruelle était en totale contradiction avec une gourmandise vorace. Les cigarettes qu’elle avait tout le temps entre les mains étaient esthétiquement assorties à ses doigts osseux et pointus.

Ça serait bête de passer à côté, il faut vraiment  le lire.

Le voilà le faux pas. Ils n’ont plus qu’à te mettre en pièces, se venger de tout le succès que tu as eu, de tout le bonheur que tu as conquis.

Tu le sens maintenant, ce frisson de terreur? Tu as finalement compris que tu dois craindre pour ta sécurité? Tu le sens que le monde entier se prépare à t’exécuter? Cette pensée donne un tel vertige (le monde entier, veux-je dire) que tu perds l’équilibre.

Il y a là dehors un tas de gens pleins de haine. Le plus curieux c’est que pour te haïr ils n’ont pas besoin de savoir si tu es innocent ou coupable. Ils te haïssent, un point c’est tout. Ils se serviront de cette histoire pour assouvir leur ressentiment pantagruélique et pour  se complaire dans leur indignation. Pour faire courir les bruits les plus invraisemblables. C’est ce que les gens qui haïssent font le mieux.

C’est ma participation au mois Italien de Eimelle. J’ai ainsi découvert un superbe auteur. Je vais me précipiter à la médiathèque pour prendre son roman qui l’a rendu célèbre, Avec les pires intentions.

news_foto_32737_piperno

Gratin de pâtes au curry et à la butternut

Bonjour tout le monde

Aujourd’hui je me suis laissée porter par Nahe et Syl qui ont proposé un gratin de pâtes, à la butternut. Bon oublions la butternut j’ai de la citrouille, ça devrait aller. Je n’ai pas de courgette, ni de fenouil, ni de pecorino. Mais j’ai des aubergines, du curry, du parmesan donc je vais tout « pomper » chez Syl.

Comme je suis en mode flemme, vacances, hésitation, (écrire l’article du dimanche ou aller dehors profiter des couleurs de l’automne et du beau soleil) vous trouverez la recette ici. Une petite précision c’est plutôt long à réaliser!!! ( bien qu’elle dise le contraire.) J’ai commencé à presque midi la préparation et nous avons mangé à 2 heures.  (je dois manquer d’organisation!!!),mais il y a plusieurs étapes.

DSC_0092

DSC_0093

C’est presque ressemblant, hein? en regardant vite fait, et de loin…

J’ai rajouté un petit champignon farci. Tout le monde a aimé, sauf fiston qui a dit « Je ne suis pas fan »  (mais comme d’habitude son avis ne compte pas). C’est crémeux et parfumé.

logogourmandisesitaliePour le mois Halloween chez Hilde et Lou et le mois Italien chez Eimelle

Allons voir ce que les amies ont préparé pour ce joli dimanche.

Sandrion , Nathchoco et les autres liens sont dans l’article 🙂

Saltimbocca e le mie amiche

Bonjour

C’est un beau dimanche aujourd’hui. Les gens que j’aime sont là autour de moi. Hier c’était mon anniversaire.

Les amies de toujours sont venues.

Prunelle, l’éternelle amoureuse, la romantique au grand cœur, nous avons travaillé dans la même école.  « Dis tu te souviens quand tu avais négocié l’échange de 5 élèves contre 2 semaines de correction de cahiers »

Nous parlons de littérature et d’amour. Aujourd’hui nous avons convenu que l’amour est un champ de bataille…

Tempête du désert, la vie avec elle est un tourbillon, elle parle haut, elle rit beaucoup, elle bouge toujours…Son truc à elle, c’est d’aider les gens, déformation professionnelle…

C’est drôle l’amitié, nous sommes à la fois semblables et si différentes. Et puis il y a mes enfants. C’est de plus en plus rare de les avoir tous les trois, en même temps.

Ils sont mes invités. Tout repose désormais sur mes « frêles-mais-pas-tant-que-ça » épaules. Que vais-je faire à manger????

Comme une évidence je pense aussitôt à la cuisine italienne. C’est elle qui incarne le mieux l’amitié.

Je me suis précipitée,  je me suis brûlée, j’ai utilisé beaucoup de jurons, je me suis précipitée, j’ai renversé un sac de courses avec les bouteilles de vin. Heureusement mon Lambrusco est intact. OUF

Pour commencer  les indispensables antipasti. Il faut des poivrons grillés, des crevettes au piment vert, du fromage frais, du jambon cru.

marinade de poivrons
marinade de poivrons

DSC_0072

Comme plat je prépare

des Saltimbocca de veau aux aubergines et mozzarella (la recette est sur Marmiton)

Temps de préparation : 5 minutes
Temps de cuisson : 20 minutes

Ingrédients (pour 4 personnes) :- 4 escalopes de veau très fines
– 4 tranches d’aubergines marinées à l’italienne
– 2 boules de mozarella
– 4 feuilles de sauge
– 500 g de pâtes fraîches
– parmesan râpé
– vinaigre balsamique
– Madère
– quelquestomates cerises et du basilic ciselé pour la garniture

Préparation de la recette :

Faites colorer légèrement les escalopes de veau dessus/dessous dans une poêle et assaisonnez à votre goût.

Placez les escalopes ‘précuites’ dans un plat à gratin.

Déglacez la poêle avec le vinaigre balsamique et le madère.

Placez une feuille de sauge sur chaque escalope, puis au-dessus de chaque escalope, une tranche d’aubergine grillée à la poêle et marinée.DSC_0080

Coupez la mozzarella en tranches, repartissez les tranches sur chaque escalope ‘recouverte’. Salez, poivrez et verser la sauce de la poêle sur chaque escalope.

Préchauffez le four à 180°C pendant 15 minutes. Placez le plat à gratin pendant 5 minutes au four, puis quelques minutes au grill.DSC_0082

Pendant ce temps, faites cuire les pâtes fraîches. Egouttez-les et remettez-les dans la casserole en les mélangeant avec un peu d’huile d’olive.

Dressez les assiettes avec une escalope, un peu de sauce, des pâtes ‘décorées’ avec une petite tomate cerise, le basilic et le parmesan.

DSC_0085

C’est très bon et facile à faire.

Et puis il fallait l’indispensable  Tiramisu.

Ne vous fiez pas à son aspect, le chocolat a fondu. Il est délicieux.
Ne vous fiez pas à son aspect, le chocolat a fondu. Il est délicieux

Et puis ma grande, Belle se la joue n’avait pas oublié que mon dessert préféré est la tarte au citron.

La tarte a voyagé sur ses genoux, dans le train .
La tarte a voyagé sur ses genoux, dans le train .Ne comptez pas le nombre des bougies. Il en manque 🙂

La tarte était incroyable!!!

 Du soleil,  des amis, des jeux, de la bonne nourriture, de la détente, du partage, des rires…

Pourquoi les weekend passent si vite.On est déjà dimanche soir, je suis un peu décalée.

Bref, c’était super ! Passez une bonne semaine.

Ce menu est parfait pour le mois italien chez Eimelle

Allons voir chez les copinautes ce qu’elles ont préparé de bon.

Nahe et       Syl           Sandrion

logogourmandisesitalie

Dents de loup à la sorcière

Hello les gens

Cette nuit je me suis invitée à un pique nique. Dans un campement où le feu commençait à s’éteindre…

Lou et Hilde les gentilles organisatrices hurlaient à la mort. Elles n’avaient pas de dessert.

Je me suis activée dans ma cuisine. Dans ce splendide grimoire enchanté je savais que je trouverais la recette idéale.

Encore plus beau à l'intérieur!!!
Encore plus beau à l’intérieur!!!

Des dents de Loup à la sorcière

Cette spécialité fait des ravages en Alsace. Si vous croquez des dents de loup à la sorcière le moindre accroc dans vos amours est volatilisé…. Une seule suffit pour ne plus avoir une dent contre lui! (j’ai testé…. Après avoir presque fini le saladier, j’ai toujours envie de mordre avec mes 32 dents) Mais je vous en ai gardé un petit peu. Sait-on jamais.

Ingrédients: (pour 4)

⊗250 g de beurre

⊗250 g de sucre en poudre

⊗1 sachet de sucre vanillé

⊗3 œufs

⊗350 g de farine

Préparation

  • Préchauffer le four à 180° (th6)
  • Dans un saladier, travailler le beurre à l’aide du fouet jusqu’à obtention d’une pommade. Incorporer le sucre et le sucre vanillé.
  • Incorporer les œufs un à un. Ajouter ensuite la farine en mélangeant bien.
  • Beurrer une plaque spéciale « dents de loup » (c’est ici la difficulté!!! où trouver une plaque dent de loup? Je fais sans..)
  • Dans chaque sillon, déposer, à égale distance, 1 cuil à café de pâte.
  • Mettre au four 15 minutes

DSC_0061

Précision

comme je n’avais pas cette plaque spéciale dents de loup, à l’aide d’une poche à douille, j’ai formé des lignes sur la plaque de cuisson recouverte d’un papier sulfurisé. Il faut surveiller car la cuisson est rapide. Si vous faites des lignes trop épaisses les dents de loup deviennent des langues de chat géantes. Les enfants ont adoré!

????????????????????????????????????
langues de chat géante

Bon dimanche à tous. Je vous embrasse. Vous sentirez peut-être une morsure.

12039246_679701115500627_9072398159753059261_n

Chez les copinautes vous trouverez des bonnes choses: Hilde et ses langues de chat

Syl et les nouilles aux herbes;   Sandrion et son pesto maison avec les herbes du jardin

des pays lointains

????????????????????????????????????

Pour commencer je dois vous avouer quelque chose. Il y a fort longtemps j’ai failli mourir.

Mourir d’ennui en regardant le film aux 8 oscars, le cultissime Autant en apporte le vent. Oui j’avoue (comme j’avouerais un vice caché, je n’ai pas pleuré devant les amours de Scarlett O’Hara  et Rhett Butler).

Cet été, comme tous les autres étés j’ai décidé, de participer au challenge de Brize: lire un pavé.

Lire était déjà une épreuve pour « mon cerveau à l’envers » alors lire un pavé!!!  j’ai bien cru y laisser la peau encore une fois…Mais j’avais envie d’une histoire romantique. J’ai trouvé le titre  Les pays lointains vraiment cool. C’est une invitation aux voyages.

Avec ses 1037 pages le roman de Julien Green entre dans cette catégorie: pavé, amour et dépaysement. J’ai plongé dans cette histoire en juillet et j’en ressors  trois mois plus tard PANTELANTE. Mais je voulais terminer coûte que coûte ce roman.

Comme dans Autant en apporte le vent, l’histoire se passe en Amérique, au temps de l’esclavage. Entre les Etats du Sud et les Etats du Nord la tension est au plus haut. La guerre de Sécession est proche.  Il y a une héroïne, jeune, belle, avec un caractère de chien. Elle s’appelle Elizabeth. Comme Scarlett, elle a 16 ans, c’est la plus belle fille à la ronde et tous les hommes sont à ses pieds.

Mais hélas son père est mort en laissant des dettes. Elle et sa mère sont ruinées et doivent compter sur la générosité d’un cousin. Ce dernier est plein aux as. Il a fait fortune dans les plantations de coton. Ils vivent dans des demeures splendides, organisent des fêtes monumentales. Elizabeth est éblouie. Moi aussi. Elle va dans les grands magasins, dépense sans compter en achetant autant de robes qu’elle veut.

Je me prends à rêver….

Les jours passent. Chacun s’occupe comme il peut. Ils n’ont rien à faire, puisqu’ils ont des esclaves pour satisfaire leur moindre désir. Oups il ne faut pas dire esclave, mais serviteur. C’est une société très hypocrite. Tout est dans le non dit. Par exemple les sous-vêtements sont appelés les inexprimables.

Comme dans toutes les histoires sentimentales de cette époque, les jeunes filles de la haute société ne pensent qu’à se marier avec le plus noble et le plus riche garçon. Le garçon lui espère trouver la plus riche héritière, la plus belle fille et la plus docile. Tout au long du roman de jeunes gens se pavanent dans des dîners interminables.

Page après page ce n’est que  balades à cheval, repas,  bals, regards échangés, sourires en coin, soupirs, confidences,crises d’hystérie et longues siestes pour se remettre de ces journées chargées.

950 pages plus loin, Julien Green raconte, la première scène d’amour de sexe. En une ou deux lignes le lecteur apprend que Elisabeth a découvert l’amour.

Père, j’ai fait une bêtise avec Elizabeth et de la façon la plus complète. Depuis hier…. c’est une femme.

Et voilà tout est dit. Notre fougueuse héroïne va se retrouver en moins de deux mariée. Le problème c’est qu’elle est amoureuse d’un autre. Un homme mystérieux et dangereux.

J’ai trouvé ce roman chiant, long, dégoulinant de mièvrerie. Mais pour être honnête je ne pense pas avoir totalement gâché mon temps.

Car dans Les pays lointains Julien Green avec une belle plume, un brin trop mystique, nous dépeint une société agonisante par excès de bigoterie, d’affectation, de pudibonderie et de faux semblant. Bon la question de l’esclavage est survolée.

Les femmes même les plus rebelles n’ont que deux choix: se soumettre à l’homme, à la société bien pensante ou se retirer du monde.

J’ai choisi cet extrait où Ned, le tout jeune époux de Elizabeth écoute les conseils de son père sur :  » Comment réussir son mariage. » 

_ Comme un nombre considérable de femmes, en Amérique et ailleurs, Amélia n’a jamais connu le plaisir, ce qui s’appelle le plaisir.

_Ah?

_Oui. De là ce merveilleux équilibre presque olympien. Alors, veille, toi aussi, à l’équilibre de ton Elizabeth. Qu’elle reste comme Amélia qui voit régulièrement son partenaire en proie à une sorte de crise à laquelle elle ne comprend rien. Vois-tu ce que je veux dire?

-Oui, fit Ned en torturant une petite fleur qu’il venait d’arracher à un buisson.

_Il est préférable qu’il en soit ainsi avec les femmes, poursuivit Charlie Jones d’une voix grave. Autrement on risque de faire d’elles …. hum…. des obsédées, je m’excuse du terme.

_Des obsédées!

_C’est comme je te le dis, mon garçon. Dois-je être plus précis? Mais quoi, nous sommes entre hommes. Elles peuvent même devenir des hystériques.

_Oh!

_Parfaitement. Avec la dépravation des mœurs actuelles, l’Angleterre en est pleine.

_Mais, Papa, c’est monstrueux. Que font ces malheureuses?

_Elles écrivent des romans.

Ned le regarda, éberlué

_Des romans! Oh! Papa, qu’elle horreur!

_Mais certaines ont un talent de tous les diables, le public les adore…..

_Ecoute bien ce que je vais te dire et retiens-le, fit Charlie Jones. Quand tu es avec elle, à certains moments… tu me suis?

_Mais oui.

_Sois égoïste, sois bref…. Pour le reste, il y a les femmes de plaisir.

Et puis surtout j’ai appris que le mint julep (les personnages en boivent à longueur de journée) a inspiré le célèbre mojito. Alors TCHIN TCHIN!!

Bon maintenant il me reste à lire le tome II Les étoiles du Sud; la guerre arrive au galop avec ses canons.

Chez Brize
Chez Brize